Biographie

C’est très jeune que Jean-Baptiste Gaubert découvre la peinture en suivant ses parents dans de nombreuses expositions. Sa maman n’est autre que Dominique Juan, directrice de Cote Magazine.  Il comprend vite la peinture abstraite. Pour lui, couleurs, formes et compositions sur une toile retranscrivent  les émotions de la nature, qu’il observe beaucoup et dans laquelle il se sent bien. Son travail est une succession de performances. Cet artiste atypique peint en musique. Mais pas n’importe laquelle… il est accompagné de vrais musiciens qui interprètent du rock ! La musique et la peinture fusionnent, le peintre suit le rythme et la cadence des musiciens. Pour Jean-Baptiste, la fusion des deux arts les sert réciproquement et cela permet au performeur de se sublimer. Certains peintres expriment leur art dans la souffrance ou sous l’emprise de drogues ou d’alcool, Jean-Baptiste lui, vibre au son du rock n’roll. Lors de ses performances, il communie avec le public. En 2010, le Consulat Britannique, sensible à son travail, l’invite un mois en Inde au sein d’un orphelinat. Ces enfants ne parlant pas la même langue, avec la musique et la peinture, parviendront à communiquer et à faire passer leurs émotions à travers leurs dessins. Le plus hallucinant pour Jean-Baptiste c’est qu’il remarque que certains enfants dessinent la même chose que lui. Là bas, le jeune homme se sent utile. Et même si la peinture est élitiste, il en est sûr, c’est aussi un langage, un vecteur de rencontres humaines. Jean-Baptiste peint depuis 10 ans, il maîtrise toutes les techniques. Il utilise des supports de grands formats et travaille la bombe, le pinceau, la laque, il peint avec son corps, ses bras, ses doigts et exécute de vrais mouvements de danse, même s’il se dit piètre danseur. Devant la toile, il danse. Véritable alchimiste des formes, des contrastes et des couleurs, ce performeur retranscrit les émotions de la nature et celles toutes aussi importantes de la nature humaine en utilisant tous les sens qu’il possède. Jean-Baptiste est heureux de vivre de cette passion qui le nourrit et souhaite que son public se sente proche de ses tableaux, qu’il se raconte une histoire personnelle, même si ce n’est pas celle que lui a voulu transcrire… Il exposait à la Galerie Pentcheff durant le mois d’avril et on le retouve au Musée de Cabriès le 28 mai.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :