GEORGES ROUSSE

Habiter le monde avec son appareil photographique

Depuis le Noël de ses 9 ans où il reçut en cadeau le mythique Brownie Flash de Kodak, l’appareil photo n’a plus quitté Georges Rousse. Alors qu’il est étudiant en médecine à Nice, il décide d’apprendre chez un professionnel les techniques de prise de vue et de tirage puis de créer son propre studio de photographie d’architecture. Mais bientôt sa passion le pousse à se consacrer entièrement à une pratique artistique de ce médium sur la trace des grands maîtres américains, Steichen, Stieglitz ou Ansel Adams.

C’est avec la découverte du Land Art et du Carré noir sur fond blanc de Malevitch que Georges Rousse choisit d’intervenir dans le champ photographique établissant une relation inédite de la peinture à l’Espace. Il investit alors des lieux abandonnés qu’il affectionne depuis toujours pour les transformer en espace pictural et y construire une œuvre éphémère, unique, que seule la photographie restitue.

Pour permettre aux spectateurs de partager son expérience de l’Espace il présente, dès le début des années 80, ses images en tirages de grand format. Cette œuvre forte et singulière qui déplace les frontières entre les médias traditionnels s’est immédiatement imposée dans le paysage de l’art contemporain.
Depuis sa première exposition à Paris, à la galerie de France en 1981, Georges Rousse n’a cessé d’exposer et d’intervenir dans le monde entier, en Europe, en Asie (Japon, Corée, Chine, Népal.), aux Etats-Unis, au Québec, en Amérique latine…, poursuivant son chemin artistique au-delà des modes.

Il a participé à de nombreuses biennales – Biennale de Paris, Biennale de Venise, Biennale de Sidney. – et reçu des prix prestigieux :

1983 : Villa Médicis « hors les murs » à New York
1985 -1987 : Villa Médicis, Rome
1988 : Prix ICP (International Center of Photography), New York
1989 : Prix de Dessin du Salon de Montrouge
1992 : Bourse Romain Rolland à Calcutta
1993 : Grand Prix National de la Photographie
2008 : Georges Rousse succède à Sol Lewitt comme Membre associé de l’Académie Royale de Belgique

Il est représenté par plusieurs galeries européennes et ses œuvres font partie de collections majeures.

Georges Rousse est né en 1947 à Paris où il vit et travaille.

L’œuvre – Eloge des Lieux

Georges Rousse est assurément photographe ce que révèle la qualité intrinsèque de ses images dont il assure lui-même la prise de vue, le cadrage, la lumière. Mais il est aussi, tout autant, peintre, sculpteur, architecte dans le même rapport avec les espaces réels qu’un peintre avec la toile, un sculpteur avec la matière, ou un architecte face à ses plans.
Son matériau premier est l’Espace. L’espace de bâtiments abandonnés où il repère immédiatement un « fragment » pour sa qualité architectonique, sa lumière puis qu’il organise et met en scène dans le but ultime de créer une image photographique. A partir de la vision de l’objectif, il construit dans ces Lieux du vide une œuvre utopique, y projetant sa vision du monde, son « univers » mental, croisant des préoccupations plastiques en résonance avec le lieu, son histoire, la culture du pays où il intervient.

Parce que la photographie, finalité de l’action picturale, est une surface plane, les formes qu’il peint ou dessine, les volumes et architectures qu’il construit sont éclatés, désagrégés, sur les différents plans spatiaux de bâtiments parfois monumentaux.
La photographie rassemble l’Image dans une synthèse magistrale où Peinture, Architecture, Dessin s’inscrivent dans l’Espace pour rendre visible la fiction de l’artiste.

Au cœur du questionnement sur la nature de l’œuvre d’art, son travail concerne fondamentalement notre rapport à l’Espace et au Temps.
Avec la photographie, Georges Rousse nous oblige à une lecture statique des architectures, à une investigation immobile de l’Image, qui peu à peu transforment notre perception de l’Espace et de la Réalité. Nos certitudes et habitudes perceptives sont troublées par la réunion dans l’image finale de trois espaces : à l’espace réel dans lequel l’artiste intervient et à l’espace fictif, utopique qu’il imagine puis construit patiemment dans le lieu, se superpose un nouvel espace qui n’advient qu’au moment de la prise de vue et n’existe que par la médiation de la photographie.
Au-delà d’un simple jeu visuel, cette fusion énigmatique des espaces dans l’image met en abyme de façon vertigineuse la question de la reproduction du réel par la photographie, de l’écart entre perception et réalité, entre imaginaire et réel.

Dans la photographie qui est à la fois mémoire du lieu, de son histoire – parfois d’histoires parallèles – et de sa métamorphose poétique, Georges Rousse met aussi en évidence la relation problématique dans les sociétés industrialisées de l’homme à sa trace, à sa mémoire, au Temps.
Ces lieux de précarité, rejetés, ignorés, souvent dégradés, dont la disparition est proche, sont comme une métaphore de l’écoulement féroce du Temps vers l’oubli et la mort. En les transfigurant en œuvre d’art, Georges Rousse leur offre une nouvelle vie, éphémère.

En les photographiant, il arrête le temps et fixe une image où s’entremêlent, énigmatiques, les traces mortifères du passé et l’empreinte artistique récente, pleine d’espoir et d’énergie, sans nostalgie, mais toutes deux disparues au moment où nous contemplons l’œuvre. L’histoire de ces lieux désertés que l’artiste n’a nul besoin d’illustrer est là présente dans l’image. Comme dans une traversée du temps, elle rejoint, au moment de notre regard, celle de sa transformation.

Quelque chose de l’ordre d’un nouveau vécu est alors à l’œuvre dans l’image, une dimension spirituelle qui advient de la récupération, de l’utilisation et de la transformation du lieu dans le temps qui précède sa démolition qui est plus forte que la réalité. C’est à l’expérience de celle-ci que l’œuvre de Georges Rousse convoque.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :